#Interview 10 : Célia de Re.Source



Célia Auzou, fondatrice de Re.Source nous parle d’elle, et de ses projets !

Zoom sur la porteuse de projet

Présentez vous et votre parcours en quelques mots ?

Célia, 33 ans. Je suis architecte de formation, diplômée en 2008. J’ai bossé dans diverses agences d’architecture à Rouen, Tours et Lyon mais je ne m’y retrouvais pas beaucoup car je n’avais pas assez d’amplitude d’action. J’étais dans de petites agences où se sont les architectes- patrons qui font la création : les architectes salariés y sont de petites mains. Je n’arrivais pas à me faire une place, j’étais constamment en conflit. Il y a beaucoup de question d’ego en architecture, c’est assez fatigant.

 

Motivation : l’entrepreneuriat ou la cause ?

Au début ce n’était que le sujet qui me portait. Petit à petit, ça m’a plu d’entreprendre. Ce n’était pas tant l’idée de monter ma boite mais cette boite. Je constatais pas mal de gaspillage sur les chantiers, c’était aberrant . En agence, on imprimait des milliers de feuilles et il était rare que l’on trie… En fait, il y avait trop de décalage de valeurs entre vie professionnelle et vie personnelle. En ce qui concerne la cause, ma première idée était de monter une structure d’architecture qui travaillerait avec des matériaux de réemploi mais il n’y avait pas de filière structurée donc j’ai décidé travailler sur la filière avant tout !

Comment se sent-on en tant qu’entrepreneure ?

On se sent bien ! Je m’amuse énormément mais c’est dur de garder la foi et une motivation identique sur la longueur.

Un conseil pour ceux qui n’osent pas se lancer ?

Il faut trouver un biais. J’ai commencé avec une amie et je n’aurais jamais commencé sans elle. J’avais envie mais toute seule, c’était trop dur et trop flippant.

Quelle est la journée type d’une jeune entrepreneure ?

Elle a changé dernièrement. Maintenant je fais des horaires corrects 8h/18h ou 19h. Le fait de penser au projet ne s’arrête jamais , mais récemment j’ai fait une pause. Maintenant j’arrive à couper, c’est vraiment mieux.

 

 

Zoom sur la start-up

Votre projet en quelques mots ?

Re.Source est une place de marché digitale pour matériaux de construction d’occasion. Notre job est d’être un intermédiaire facilitateur. Les professionnels du bâtiment viennent nous voir avec leur surplus. On fait les inventaires, on photographie les matériaux. L’objectif est que particuliers et professionnels trouvent en quelques clics ces matériaux délaissés, de qualité pro et à prix réduits . J’ai plusieurs types de fournisseurs dans différentes gammes de prix.

Selon vous, à quel besoin répondez-vous ?

Je réponds au besoin de personnes qui souhaitent construire de manière responsable et économique . Notamment les personnes construisant par elles-mêmes : les auto-constructeurs . Ils sont prêts à “dénicher” leurs matériaux sur notre site comme dans une grande brocante. Après, la qualité reste excellente donc les prix sont ceux de produits de moyennes gammes.

Quels sont les challenges de votre startup ?

Faire que le site tourne. Se faire connaître grâce au bouche à oreille, un peu de publicité, du référencement, des interventions comme dans des événements zéro déchet.

Comment voyez-vous l’avenir ?

Pour l’instant il faut que définisse ma cible plus finement. Ca fait longtemps que je la cherche et c’est difficile. C’est un des gros défis de l’entrepreneur. Aujourd’hui, on touche quelque chose avec les éco-responsables, c’est à creuser. Ça reste une niche.

Que vous apporte le suivi à l’incubateur  ?

Quand j’ai quitté mon job je ne voulais pas travailler seule. J ’ai postulé à plusieurs incubateurs. Manufactory m’a plu tout de suite, c’est le plus neutre. Pierre (N.D.L.R Poizat, Directeur de l’incubateur) nous a expliqué le premier jour que si notre projet s’arrêtait , il continuerait à nous accompagner car ce sont les personnes plus que les projets que l’incubateur accompagne . Au quotidien avoir des personnes avec qui échanger pour avancer est inestimable . Je suis donc passée du Start au Up cette année !

 

Côté inspirations

Qui vous inspire le plus et pourquoi ?

Mon mentor Beelys, Cécile Galoselva, fondatrice d’ETIC, qui porte une entreprise avec du sens. Elle fait tout dans un calme olympien , du moins en apparence .

Ton livre du moment ?

Je lis énormément. En ce moment “Moins que zéro” de Bret Easton Ellis, un bouquin sur la jeunesse tarée de Beverly Hills. C’est un livre infernal. O n voit tout au travers du protagoniste principal et sa vie, c’est l’ennui. Il a trop d’argent, il crame tout en coke et alcool pour ne plus s’ennuyer mais cela ne mène nul part. C’est terrible. C’est vraiment la pire version de l’ennui.

Ton bâtiment inspirant ?

Le Kamikatz Public House, un bar au japon fait entièrement en matériaux recyclés. Superbe.

Suivez Re.Source !

Site internet

Linkedin

 

Newsletter des incubés