Portrait de Pascal Desrayaud – Président du Jury concours J’M Entreprendre 2019



Portrait de Pascal Desrayaud

Pouvez-vous vous présenter ? 

Je suis directeur du département prescription & animation des partenariats de la Caisse d’Épargne Rhône Alpes.  Nous sommes  en partenariat avec l’Université Jean Moulin de Lyon 3 pour l’Incubateur Manufactory  depuis 7 ans. Nous  souhaitons  promouvoir les étudiants qui souhaitent créer leurs entreprises.

Le concours J’M Entreprendre rencontre un franc succès avec chaque année un nombre croissant de candidatures.

A sa création, il y a sept ans, il s’agissait surtout d’embryons de projets. Aujourd’hui ce sont souvent des projets sur le point d’aboutir.

Nous souhaitons que les étudiants s’investissent le plus rapidement possible. Dans tous les cas cet investissement sera un plus pour leur CV.

Pour rappel quatre prix sont  primés par la Caisse d’Epargne Rhône Alpes:

  • Le grand prix coup de cœur : attribué au projet préféré du jury (1000€)
  • Le 1er prix qui récompense le deuxième meilleur projet (600€)
  • Le 2ème prix qui récompense le 3ème meilleur projet (400€)
  • Le Prix du public (400€)

Le jury est composé de professionnels et le public est aussi appelé à donner son avis.

A travers ce concours, c’est la volonté de « faire » qui est recherchée. Il ne faut pas se limiter à sa capacité à faire un pitch. Il faut être sincère et avoir un projet personnel pour candidater. On ne cherche pas la performance théâtrale mais des porteurs de projets motivés et professionnels. Ce qui compte, c’est la capacité à faire vivre le projet  avec une grande motivation. Il faut tellement donner pour qu’un projet, même  très bon, aboutisse et  se pérennise !

Quel est votre lien avec l’incubateur ?

L’entrepreneuriat ne se fait pas seul mais en réseaux. Aujourd’hui, nous avons beaucoup de partenariats avec des structures efficaces qui aident les créateurs d’entreprises. C’est le cas de l’Incubateur Manufactory. Nous souhaitons aider ces structures d’accompagnement afin que les projets accompagnés aboutissent, dans l’intérêt de tous.  Evidemment, on espère qu’ils deviennent nos clients. Le but est de montrer que notre entreprise est au côté des créateurs qui sont motivés, passionnés, et qui ont une réelle volonté de créer.

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’être jury au concours JME ?

Ce qui m’intéresse c’est ce côté entreprenant et volontaire, c’est de voir qu’aujourd’hui les cases ne sont pas fermées ; on peut être étudiant/entrepreneur voire salarié. Les portes sont ouvertes, c’est novateur et en même temps  difficile car il faut créer sa propre voie , elle n’est pas toute tracée ! Il ne faut pas s’attendre à ce que tout arrive d’une manière linéaire et facile.

Quelles sont les qualités requises pour espérer gagner le concours ?

Pour le réussir, il ne faut rien laisser au hasard. Le concours se prépare avec sérieux. Il faut être moteur, avec un esprit innovant et pragmatique. Le domaine de la création est ouvert .On peut faire de l’innovation dans des activités traditionnelles en les modernisant ou partir de zéro. Ce qui compte , c’est la puissance de travail et la capacité à être le moteur du projet. C’est ce que nous recherchons chez les candidats.

Un conseil pour ceux qui n’osent pas se lancer ?

Ne pas trop forcer sa nature : on peut vivre et réussir sans le concours mais si c’est dans sa nature profonde de créer, d’innover, d’ouvrir les portes ce serait dommage de ne pas le tenter. Il faut se connaitre et forcer éventuellement les résistances si au fond de soi on a envie de le faire. Avec l’envie ce sont des capacités de recherche, de travail, de réflexion qui se mettent en place. Il faut être moteur sur le projet, ce n’est pas le projet qui vous porte mais VOUS qui le portez ! Le concours peut être un révélateur de talents.

L’intérêt, au-delà de gagner ou pas le concours, c’est de révéler sa vraie nature, déclencher ou pas le déclic psychologique de l’entrepreneur, tout ça avec une prise de risque limitée : c’est le bon  moment pour se révéler !

Newsletter des incubés